Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois

par Ilúvatar 31 Décembre 2014, 15:51 Les Livres

Voilà que pour les congés de fin d'année, je me suis mis à relire une fois encore le Hobbit. C'est un plaisir à chaque fois renouvelé et cela me permet de me replonger encore et encore dans mon univers de prédilection.

Qui plus est, lorsque cela permet d'avoir entre les mains une aussi jolie version de ce roman, le plaisir s'en trouve renforcé.

Une très belle édition

Une très belle édition

Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois

Une très belle édition de Christian Bourgeois, datant d'octobre 2013. Mais surtout, il s'agit de la nouvelle traduction de Daniel Lauzon. Celle-là même qui m'avait tout d'abord choqué lorsque j'avais découvert que Mr Saquet s'appelait maintenant Bessac.

Oui, je sais, au premier abord, cela peut paraître complètement absurde. Pourquoi avoir changé de nom notre héros ? et pourquoi vouloir tout revoir et corriger ? Je vous en livre un petit extrait.

Au chapitre1er du Hobbit, il est dit en Anglais :

"And of course, they did none of these dreadful things, and everything was cleaned and put away safe as quick as lightning, while the hobbit was turning round and round in the middle of the kitchen trying to see what they were doing. They went back, and found Thorin with his feet on the fender smonking a pipe. He was blowing the most enormous smoke-rings, and wherever he told one to go, it went..."

Si je devais me lancer dans la traduction de cet ouvrage, j'écrirai les choses comme cela :

"Et bien sûr, ils ne firent rien de ces terribles choses et tout fût nettoyé et mis à l'abris aussi vite que l'éclair, pendant que le hobbit tournait et tournait dans au milieu de la cuisine en essayant de voir tout ce qu'ils faisaient. Ensuite, ils retournèrent et trouvèrent Thorin, avec ses pieds sur le garde-feu, fumant sa pipe. Il soufflait les plus énormes ronds de fumée, et où qu'il dise à l'un d'aller, il y allait..."

L'ancienne traduction de Francis Ledoux, disait :

"Et bien sûr, il ne firent aucune de toutes ces affreuses choses ; tout fût enlevé et mis en sûreté avec la rapidité de l'éclair, tandis que le hobbit tournait en rond au milieu de la cuisine, s'efforçant d'observer leurs mouvements. Puis ils revinrent et trouvèrent Thorïn en train de fumer sa pipe, les pieds sur la galerie du foyer. Il lançait les plus énormes ronds de fumée et, où qu'il leur dit d'aller, les ronds obéissaient..."

La nouvelle traduction dit :

"Et bien sûr, ils ne firent aucune de ces terribles choses, et tout fût nettoyé et rangé sans incident à la vitesse de l'éclair, et pendant que le hobbit courait partout dans la cuisine afin de surveiller leurs faits et gestes. Puis ils retournèrent au petit salon et trouvèrent Thorin les deux pieds sur le garde feu, en train de fumer une pipe. Il produisait d'énormes ronds de fumée qui flottaient là où il leur disait d'aller..."

 

 

Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois

Dans mes souvenirs de lectures précédentes, je me souviens très bien avoir surtout remarqué que les poèmes me paraissaient mal traduit, et ce même à l'époque où je n'avais pas encore lu la version d'origine en anglais.

Des vers qui n'avaient pas de rythme ni de rimes. Et cela m'avait toujours parut bizarre.

"Far over the misty mountains cold

To dungeons deep et caverns old

We must away ere break of day

To seek the pale enchanted gold"

 

Cette très belle écriture à d'ailleurs permis de faire une chanson absolument superbe du premier volet de la trilogie de Peter Jackson.

 

Je me livre une fois encore à l'exercise de vous livrer ma propre traduction, avant de me référer à ce qui figure dans les deux versions françaises.

"Au-delà du froid des montagnes embrumées

Des profonds donjons et des cavernes agées 

Nous devons partir avant le lever du jour

Pour rechercher le pâle or enchanté

 

Dans la première traduction, nous avons ceci :

"Loin au-delà des montagnes froides et embrumées

Vers des cachots profonds et d'antiques cavernes

Il nous faut aller avant le lever du jour

En quête de l'or pâle et enchanté"

 

Et maintenant, voici la denrière version officielle :

"Par monts brumeux, cimes glacées,

Jusqu'au cavernes du passé,

Pour trouver l'or, avant l'aurore

Il faut partir sans renoncer"

 

 

Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois

Mais d'autres points sont très intéressants. Comme par exemple la nouvelle traduction de la maison d'Elrond, Seigneur des Elfes.

Si j'ai des doutes sur la nouvelle appélation de Fondcombe qui se trouve maintenant nommé Fendeval, le fait d'avoir traduit "The Last Homely House" par la "Dernière Maison Hospitalière" fait beaucoup plus de sens que la "Dernière Maison Simple", qui n'avait pas beaucoup de sens.

Mais peut-être devrais-je avoir le courage de me lancer dans ma propre traduction de l'oeuvre première du professeur ?

 

Toujours est-il que cet ouvrage est également richement agrémenté de cartes et dessins originaux de Tolkien et en fait ainsi un véritable ouvrage de référence. Je ne peux que vous le conseillé. Et pour tous ceux qui n'ont encore jamais lu le Hobit, je vous promets un moment de bonheur, si vous n'oubliez pas qu'il s'agit avant tout d'un roman écrit pour ses enfants et n'a donc pas la noirceur du Seigneur des anneaux.

 

Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois
Le Hobbit, en version "Collector" de Christian Bourgeois

commentaires

Ilúvatar 01/01/2015 19:03

Ah, tu aimes retourner le couteau dans la plaie... C'est quoi cette histoire de fraternité, mais où diable a-t-il bien pu aller dénicher cette idée saugrenue

Finglass 01/01/2015 13:02

Et ensuite lisez la fraternité de l'anneau par le même traducteur.

Haut de page